L’art est-il une affaire d’Etat ? Mécénat et financement culturel en France

La notion de mécénat nous vient tout droit de la Rome antique d’un certain Caius celnius Maecenas qui s’érigeait en tant que protecteur des arts et des lettres en y consacrant sa fortune et son influence.Il a donné son nom au système de mécénat qui a connu son âge d’or avec la Renaissance, toujours au travers de personnalités influentes qui prenaient sous leurs ailes artistes et projets culturels. La position des mécènes étaient alors en quelque sorte une position d’ « amateur éclairé ».

Cependant les institutions d’Etat et les entreprises ont vite remplacé ces personnalités pour financer et encourager la culture. L’Etat français et les entreprises n’ont cependant pas la même vision du mécénat : l’Etat aujourd’hui encourage au travers du mécénat plus les « initiatives de la société civile » que la « vie culturelle » en soi, déclarait Frédéric Mitterand en 2010. La place des entreprises dans le mécénat a été elle-même encouragé par l’Etat au travers des déductions fiscales à hauteur de 60% de déduction sur les dons effectués pour le mécénat d’entreprises ­– voir de 90% si ce don est destiné à l’aide à l’achat d’un « trésor national ».

Ainsi, en France, l’Etat pousse les entreprises à s’investir dans la vie culturelle du pays, même si ce système de mécénat est moins développé dans notre pays qu’aux Etats Unis, qui se sont emparés de l’idée pour en faire un véritable outil de création. En effet, la société française tend à penser que la culture est une affaire d’Etat, sans cependant y investir forcément les fonds nécessités par la vie culturelle. Ainsi en 1994, le budget du ministère de la culture français ne représentait qu’1% du budget d’Etat, soit 13,5 milliards de francs alors que les fonds apportés par le mécénat d’entreprise représentaient  800 millions de francs. Cependant, avec la crise économique que le monde traverse depuis 2008, le mécénat d’entreprise a tendance à s’orienter vers des projets humanitaires ou de solidarité et à se détourner de la survie de la culture. Il faut également souligner que le mécénat d’entreprise se tournait déjà depuis la fin du XXème siècle vers d’autres secteurs que l’art, tels que l’environnement et la recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>